Envie de participer ?

le CAM Epinal veut passer la vitesse supérieure avec Bineta Ndiaye

Publié il y a 4 semaines par

le CAM Epinal veut passer la vitesse supérieure avec Bineta Ndiaye

Article VOSGES MATIN du 29/06/2021

Photo VM /Jérôme HUMBRECHT

Discret jusque-là, le club de la Cité des Images a frappé un grand coup sur le marché des transferts en convainquant la capitaine des Louves de Saint-Dié de se lancer dans un nouveau projet. A Epinal, l’expérimentée Bineta Ndiaye est appelée à être plus qu’une simple joueuse dans un club qui veut se stabiliser en N2.

Elle aurait pu rempiler pour un quatrième exercice en Elite, le deuxième niveau national, avec Saint-Dié. Capitaine des Louves, Bineta Ndiaye a réalisé une solide saison sous les ordres de Manu Dumortier. Doublure de l’Américaine Allie Davenport , la Sénégalaise de 33 ans a rarement déçu quand elle est sortie du banc. C’est désormais au gymnase Viviani, puis à la salle Lapicque quand les travaux de l’habituel antre du CAME seront terminés, qu’il faudra se rendre pour voir évoluer l’attaquante-réceptionneuse. Après une longue hésitation, la jeune femme a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure en Nationale 2, le niveau inférieur. Plus que le volley-ball, c’est le projet professionnel qui a séduit une joueuse qui pense de plus en plus à sa reconversion.

« Bineta, c’est une fille intelligente. Elle va nous apporter beaucoup sur le terrain, souffle Franck Giroux, le vice-président du CAM Epinal, mais aussi en dehors pour la communication et les sponsors. » L’aura de l’internationale sénégalaise, ‘’maman’’ des Louves la saison passée, ne laisse personne indifférent. Maintenu sportivement en N2 à l’issue de la saison 2019/2020 écourtée par le début de la crise sanitaire. Le CAM Epinal, qui avait fait le choix de ne pas conserver ses deux recrues Alona Pelc et Mylène Quarino, avait effectué des débuts catastrophiques pour l’exercice 2020/2021.

Le club va faire confiance à ses jeunes

En trois rencontres, les joueuses de Dorel Stefan , successeur de Noureddine Bounasser, n’avaient pas remporté le moindre set. « On s’est posé la question de repartir en N2 ou en N3, assume Franck Giroux. On a fait le choix de recruter des joueuses de l’extérieur en essayant de leur trouver du travail. C’est difficile de faire venir du monde sur Epinal ! » A l’image de ce que propose le voisin du SA Spinalien, pas question de payer des filles pour jouer uniquement au volley.

En plus de Bineta Ndiaye, à laquelle le CAME a fait la cour pendant plusieurs semaines, deux joueuses étrangères devraient garnir les rangs. Dorel Stefan active son réseau pour trouver les perles rares. Qui se grefferont au noyau dur des dernières saisons. Si Mathilde Oriel ne rempilera pas et Marie Rochefeuille sera seulement là en cas de coup dur, Marine Lhuillier, Mathilde Pereira et l’inoxydable Madeline Millery seront encore de l’aventure. Le club a aussi décidé de faire confiance à ses jeunes. Lallie Mathieu intégrera officiellement le groupe alors que Louise Boiteux et Esther Giroux, dans un premier temps, partageront les entraînements de l’équipe de N2.